Skip to content

5 pratiques écoresponsables de Maibec

Le développement durable fait partie intégrante des préoccupations au quotidien de Maibec. À travers les différentes étapes de la fabrication de ses produits, de la ressource au produit final, Maibec intègre des pratiques empreintes d’un constant souci de l’environnement.

1. La pérennité des forêts au centre des préoccupations des ingénieurs forestiers.
L’aménagement et la gestion de nos ressources forestières sont toujours réalisés de façon à assurer une reprise naturelle de la forêt. De plus, le bois est une ressource renouvelable, puisque la forêt se régénère efficacement après la récolte des arbres. Si celle-ci peine à croitre par elle-même, elle sera aidée par la plantation d’arbres. Environ 80% des superficies récoltées se régénèrent par elles-mêmes alors que le 20% restant correspond à la superficie aidée par la plantation.

2. Peintures utilisées à faible concentration en composés organiques volatils
Les produits utilisés par Maibec sont à base d’eau et répondent aux exigences du Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements Climatiques (MELCC) sur les teneurs en composés organiques volatils (COV). De plus, les quantités annuelles émises sont calculées pour les besoins de suivis des émissions atmosphériques.

3. Surveillance assidue des risques potentiels pour l’environnement
Maibec est conscient de l’impact que l’exploitation de ses usines peut avoir sur l’environnement et met constamment en place des projets visant l’amélioration et la réduction de ceux-ci. Par exemple, certains sites de production nécessitent un entreposage de billes de bois ou de résidus de bois qui peuvent avoir un impact sur la qualité de l’eau du secteur. Un suivi assidu des paramètres d’intérêts pour le ministère de l’environnement est réalisé depuis plusieurs années.

4. Valorisation des résidus
Chez Maibec, la matière première est utilisée à son plein potentiel. La production de paillis chez Maibec est effectivement un moyen très efficace pour la compagnie de valoriser les écorces de cèdre qui sont en fait les rejets de production des usines de sciage de bardeau. De cette manière, la compagnie maximise l’utilisation de la matière ligneuse, tout en limitant la quantité de résidus de bois à disposer.

5. Comité visant la réduction de l’empreinte carbone des employés du siège social
La récente mise en place d’un comité visant la modification de nos habitudes de vie au siège social permettra d’atteindre divers objectifs de réduction de notre impact collectif sur l’environnement. Entre autres, la réduction du volume de déchets est une des principales préoccupations pour laquelle le comité vert agira.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Articles recommandés

Pas encore de commentaire, ajoutez le votre ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *